VSS est-il la meilleure solution ? Comprendre vss

À VSS ou non à VSS?

Les employeurs qui exigent actuellement que les demandeurs se soumettent à une recherche dans le secteur vulnérable (VSS) dans le cadre de leur examen préalable devraient tenir compte des avantages de procéder à des fouilles améliorées du casier judiciaire à leur place.

De plus en plus, nous concluons que la recherche vss, qui est essentiellement une recherche dans la base de données sur les délinquants sexuels graciés détenue par la GRC, ne répondant pas aux attentes des employeurs. De nombreux employeurs pensent que la recherche vss leur donne accès à tous les casiers judiciaires d’un demandeur potentiel, mais ce n’est tout simplement pas le cas.

La fouille vss ne renvoie que les dossiers des personnes qui ont un casier judiciaire gracié ou suspendu pour une infraction sexuelle. Il ne vous dira pas s’ils ont été graciés pour toute autre infraction. Il n’y a actuellement que 14 000 personnes dans la base de données sur les délinquants sexuels graciés. En 2012, le gouvernement a légiféré pour que toute personne reconnue coupable d’une infraction sexuelle contre un mineur ne soit plus admissible à un dossier gracié ou suspendu, de sorte qu’il y a eu peu de croissance dans la base de données et, comme il ne s’agit pas d’une base de données qui est « tenue », elle comprend les dossiers des personnes décédées.

Pour que des personnes obtiennent une réhabilitation ou un casier judiciaire suspendu, la personne doit d’abord être arrêtée ou accusée d’une infraction sexuelle, se présenter au tribunal et être déclarée coupable, être déclarée coupable de l’infraction et une peine doit être prononcée. La personne doit alors purger la totalité de sa peine, payer des amendes, effectuer toute restitution et compléter toute probation, etc. Une fois que tout cela a été terminé, alors l’horloge commence sur la période d’attente obligatoire. Ils doivent attendre de 5 à 10 ans avant même de pouvoir demander le pardon ou le dossier suspendu. Une fois qu’ils présentent une demande et obtiennent tous les documents et documents nécessaires, ils soumettent leur demande et, dans la plupart des cas, il faut au moins 18 mois avant qu’une réponse ne soit fournie. D’après ce qui précède et les renseignements reçus de la Commission des libérations conditionnelles, il serait impossible pour toute personne de moins de 35 ans d’être au Registre des délinquants sexuels graciés ou suspendus.

Lorsque les services de police effectuent une fouille dans le secteur vulnérable, ils verront s’il y a un « coup » sur le sexe et la date de naissance, mais ils ne verront aucun détail. Le demandeur est ensuite pris en empreintes digitales et une demande est faite au ministère fédéral de la Sécurité publique pour examiner l’information et déterminer s’il estime que l’employeur devrait être mis au courant de la correspondance.

Fait intéressant, sur les plus de 2 millions de recherches dans les secteurs vulnérables effectuées chaque année au Canada, moins de 0,005 p. 100 aboutit à une correspondance – donc 100.

En 2016, le gouvernement a déterminé que le ministère fédéral de la Sécurité publique devrait « réinterpréter » les règlements entourant le retour d’une correspondance. Avant 2016, 95 % de tous les matchs étaient retournés aux employeurs, mais depuis cette date, ce pourcentage est tombé à moins de 40 %. La réinterprétation comprenait des directives au ministère selon laquelle il devrait évaluer des choses telles que la question de savoir si le demandeur a commis ou non l’infraction sexuelle contre un adulte ou un enfant. Si l’infraction a été commise contre un adulte, il est probable qu’il ne retournera aucune correspondance pour un demandeur qui travaillera avec des enfants. De plus, on a demandé au ministère fédéral de la Sécurité publique d’examiner des choses comme la durée de l’infraction, la question de savoir si le demandeur faisait partie d’un groupe ethnique et la gravité de l’infraction, entre autres critères.

Cela signifie que 60 % des personnes dans la base de données ayant un dossier suspendu ou gracié pour une infraction sexuelle sont renvoyées aux employeurs sous le nom de CLEAR ou « sans dossier » alors qu’en réalité elles ont un dossier, mais un organisme fédéral a déterminé qu’un employeur ne devrait pas en être au courant. Il s’agit d’un très faux sentiment de sécurité pour l’embauche de gestionnaires. La GRC a déclaré publiquement qu’elle s’en prend à la réinterprétation de ces règlements et qu’elle fait état de cas de personnes ayant des dossiers « troublants » qui ont été retournées comme étant claires pour travailler avec les personnes vulnérables de notre société.

Tout ce qui précède peut prendre des semaines à compléter; au moment où le demandeur se rend au poste de police pour effectuer le SSBC, pour prendre les empreintes digitales, le cas échéant, pour que le ministère fédéral procède à un examen et qu’il rende une décision, ainsi que pour que le document final soit créé et envoyé par la poste à l’employeur.

Une vérification améliorée des casiers judiciaires, effectuée avec le consentement du demandeur, ne nécessite aucune visite physique, est retournée en moins de 24 heures et recherche et renvoie les condamnations criminelles, y compris les infractions sexuelles pour lesquelles une réhabilitation n’a pas été accordée, en attendant les accusations, les accusations qui n’ont pas donné lieu à des condamnations, des mandats, des interdictions, des ordonnances de probation et des perquisitions dans les indices de la police locale.

Le à emporter ici, c’est que vous devriez peser les alternatives à VSS:

-Si vos demandeurs ont moins de 35 ans, ils ne peuvent pas être dans la base de données sur les délinquants sexuels graciés.

-Le ministère ne renvoie une correspondance positive que dans 38 % des cas, retenant les dossiers de 62 % des demandes lorsque le demandeur a effectivement un casier judiciaire pour infraction sexuelle graciée.

-Seulement 0,005 % du VSS effectué au Canada se traduira par un match.

Une vérification améliorée des casiers judiciaires est moins coûteuse pour les employeurs, plus rapide, plus pratique et recherche beaucoup plus de dossiers qu’une recherche vss. Le facteur le plus important est que la recherche sur les casiers judiciaires améliorés révélera si votre demandeur a des accusations, des interdictions ou des ordonnances de probation en instance, qu’une fouille vss ne montrera pas.